Une journée à bord d’un véhicule… sans conducteur

Nous sommes en 2035. Claire et Erwan, deux jeunes parents rennais, vivent une journée ordinaire… Dans un monde où la mobilité autonome est devenue réalité.

8h : Le réveil sonne au 30 rue de la Belle Epine. Claire et Erwan ont prévu de passer la journée à Rennes. Il faut d’abord déposer les deux enfants à l’école. L’application de covoiturage pour parents qu’ils testent depuis quelques mois les a alertés la veille : un autre élève du collège de Camille cherche une voiture. La famille passe donc le prendre automatiquement au point de ralliement.

8h45 : Sur la route dans la Peugeot autonome. Depuis que la circulation s’organise automatiquement en train de voitures, les bouchons ne sont plus qu’un mauvais souvenir. Erwan profite de ne pas avoir à conduire pour faire réviser ses maths à Paul pendant que Claire bouquine.

8h50 : Les capteurs installés sur la route repèrent un flux de circulation 15% plus important qu’un vendredi normal. La voiture familiale fait partie des 1 500 véhicules qui bifurquent automatiquement à la sortie et vont être réparties sur les autres itinéraires, dont le temps de trajet n’excède pas les 3 minutes supplémentaires.

9h : Paul et Camille sont au collège, la voiture garée au parking relais. Les parents montent dans un Bluebus électrique, direction le coeur de Rennes. Depuis que la circulation des voitures individuelles a quasiment disparu de l’hyper centre, il y a trois fois plus de bus et ceux-ci s’arrêtent à la demande et plus seulement à des arrêts. Dès qu’il y a plus de dix personnes en attente à plusieurs arrêts, les abribus intelligents les repèrent et un bus supplémentaire est envoyé en rotation depuis le dépôt.

9h15 : Arrivée dans le centreville. Claire et Erwan savourent leur matinée shopping. Depuis son smartphone, Claire indique qu’elle n’utilisera pas son véhicule d’entreprise aujourd’hui et celui-ci est automatiquement proposé à la location de courte durée via l’application d’une start-up rennaise.

12h15 : La famille se retrouve dans le centre pour déjeuner. Camille et Paul sont venus en Bluebus, Claire et Erwan en vélos à assistance électrique, réservés depuis leur smartphone.

12h30 : Déjeuner tous les quatre. Depuis l’arrivée des véhicules autonomes partagés et électriques, la présence des voitures en ville a fortement baissé. Les parkings vides ont laissé place à de nouveaux espaces verts et aux commerces. Alors la famille a l’embarras du choix. Elle opte pour une table dans un des restaurants équipés d’une application anti-gaspillage.

14h00 : Après le déjeuner, direction le cinéma, en trottinette électrique. Paul a choisi un skateboard ! On s’amuse et le temps file….

17h30 : Retour au parking relais en bus électrique. La famille en profite pour passer chercher ses courses en ligne à l’aire de livraison urbaine attenante au parking. Ce ne sont plus les automobilistes qui vont jusqu’aux différents « drives », mais les « drives » des différentes enseignes qui livrent directement sur les parkings relais.

18h : Retour à la maison pour une soirée en famille.

Cet article a été produit dans le cadre du Débat citoyen sur les véhicules sans conducteur.

By | février 20th, 2018|Non classifié(e)|Commentaires fermés sur Une journée à bord d’un véhicule… sans conducteur

About the Author: